apprentissage à distance : mythe ou réalité

un article FING très intéressant sur l'apprentissage à distance et le rôle de tuteur dans cette dynamique

Texte intégral :
Elements de réflexions
Apprendre à distance : Utopie ou réalité
« J'entends et j'oublie. Je vois et je me souviens. Je fais et je comprends. »
Proverbe chinois
1. Quest ce quapprendre ?
En mode présentiel, lobjectif du formateur est quà la fin de son intervention les stagiaires soient capables de dire, de comprendre un certain nombre de choses bien identifiées. Cest ce que lon nomme la pédagogie par objectifs. Objectifs pédagogiques clairement exprimés, des contenus bien définis, des méthodes pédagogiques éprouvées et approuvées par la structure, des méthodes dévaluation permettant de vérifier que le résultat attendu est atteint.
Avant daller plus loin et de confronter ces approches aux pratiques induites par les technologies actuelles, il nest pas inutile de rappeler les sources de cette vision de lapprentissage. Car, comment se demander si le E-Learning permet dapprendre, tant que nous ne sommes pas au clair sur ce que signifie « apprendre ».
Pour Piaget, on peut parler dapprentissage quand un individu en vient à modifier quelque chose de ses schémas mentaux, quand il a reconstruit en partie ses références cognitives, bref quand il a fait bouger ses points de repères. Piaget distingue deux processus centraux dans le développement de lintelligence : lassimilation et laccommodation. Lassimilation permet denrichir les structures mentales existantes, de se saisir des informations de lenvironnement pour compléter et affiner un schéma mental sur un sujet quelconque.En revanche, laccommodation est utilisée quand le schéma en question ne parvient plus à saisir linformation nouvelle parce que celle-ci perturbe le cadre qui avait été construit. Il faut alors reconsidérer lensemble et se reconstruire une autre vision sur le sujet étudié.
Lenfant passe son temps à assimiler et à accommoder. Cest même pour Piaget, le mécanisme central qui lui permet de se développer. Cet exercice de construction et de déconstruction est au cur de la maturation. Ce sont ces processus qui font que progressivement, lenfant parvient à saisir et à interpréter lunivers dans lequel il se situe.
Si lon suit cette analyse, le métier de la formation pour adulte consiste entre autre à trouver les moyens de provoquer laccommodation. Cela signifie du même coup, quil faut trouver les moyens de rendre lassimilation insuffisante. Former des adultes, cest bien souvent proposer des situations pédagogiques qui amènent les apprenants à accommoder et donc à changer leurs façons de voir ou de faire.
2. La formation à distance permet-elle de faciliter ce processus daccommodation ?
Le contact entre lapprenant et le formateur nest plus physique, il faut accepter si elle existe la médiation avec une caméra, le temps nest plus direct, les communications sont asynchrones. Entre le moment où lapprenant pose une question sur un forum et le moment ou il a une réponse, son état desprit a pu complètement changer. Le formateur na que peu de moyens de percevoir les résistances, lenvie dapprendre, il intervient donc de manière généraliste dans son contenu et non individualisé dans ses relations avec les stagiaires.
La formation à distance a des faiblesses qui tiennent à léloignement du stagiaire et donc à un sentiment de solitude.« On apprend toujours seul mais jamais sans les autres », peut-on dire que les forums peuvent remplacer la dynamique de groupe ?
Les forums ont du mal à fonctionner de manière efficace, car un certain nombre de critères doivent être réuni pour en assurer le succès ou du moins en optimiser les échanges.

  • Le forum doit être préparé, ses objectifs et ses modes de fonctionnement doivent être explicités au groupe de façon présentielle.

  • Le forum doit être animé de façon permanente par un tuteur, dont cest le métier. Il sagit dune pratique nouvelle, trop souvent négligée.

  • Le forum ne doit pas être le seul lieu de cohésion du groupe, il faut aussi dautres complémentarités telles que les chats, les tableaux blancs, les projets de groupe à distance et aussi des regroupements.

  • 3. Le E-learning peut-il convenir à toutes les personnes ?
    Certains discours promotionnels laisseraient supposer que tout le monde peut apprendre à distance. Peut-être, mais alors tous les formés doivent être « construit » sur le même schéma. Le discours semble être purement démagogue ou alors obligé par une logique commerciale. Qui peut préjuger que lapprenant sait être autonome, que sa motivation est sans limite, que son organisation est rigoureuse. Sera-til capable de progresser de palier en palier et datteindre un objectif quil ne maîtrise pas de prime abord ?
    En fait lautonomie est contre-balancée par dautres aspects dont il faut tenir compte :

  • Le goût dapprendre ;

  • La perception de soi en tant quapprenant efficace ;

  • Lacceptation du risque et de léchec ;

  • La créativité ;

  • La prise de conscience que léducation est bénéfique et permanente ;

  • Linitiative dans lapprentissage ;

  • Lacceptation de sa responsabilité dans lapprentissage ;

  • Lendurance et la patience ;

  • Cette liste loin dêtre exhaustive montre létendue des pré-requis attendus pour faire du E-learning une méthode dapprentissage « universelle » et facile....
    Le E-learning seul, nest pas et ne doit pas être une méthode universelle dapprentissage. Les contenus pour être diffusés électroniquement doivent être plus attrayant et captivant, on va assister à un appauvrissement du cours au profit de schémas, de synthèses, de résumés. Le formé va perdre toute la partie verbale par laquelle lenseignant au gré des questions qui lui étaient posées apportait une réflexion pertinente ou personnelle. Cette verbalisation du cours léclaire de façon inimitable électroniquement
    Comme le souligne Jacquinot ( Dans Meunier, 1997) « Il ne suffit pas daccéder à des informations pour se former et apprendre. Il faut donner une part active à lapprenant dans son apprentissage. »
    Cependant, si on relève le défi sous langle pédagogique, en sen donnant les moyens la formation à distance peut être efficace. Il faut linsérer dans un processus formatif bien défini et structuré, car elle apporte un gain de temps et dautonomie novatrice à approfondir. Elle oblige à repenser les répartitions des temps de formation et doit permettre de renforcer limpact des regroupements qui sont impératifs.Le E-Learning obligera à repenser en profondeur les contenus, à les retravailler ou les formaliser de façons différentes. Cest un champ exploratoire qui peut emmener beaucoup de satisfaction au formateur qui sy plongera. A contrario, un formateur obligé à intervenir en formation distancielle sans avoir repensé ses cours sera brutalement confronté à la non-adaptation de ses cours et ensuite à léchec de sa pédagogie, le risque de traumatisme est grand.
    4. Différents modèles de formation à distance.
    On peut distinguer plusieurs types de formations à distance :

  • Le tout à distance ;

  • Le tout à distance tutoré ;

  • Le mixte « Distance / présentiel » avec autoformation à distance

  • 1. Le tout à distance

  • Le stagiaire na aucun contact avec lorganisme, il sinscrit à distance, paye à distance et apprends en autonomie totale à distance.
    Les sessions de cours doivent être réduites, les évaluations fréquentes sous formes de QCM ou dexercices autocorrectifs. Les contenus facilement transférables sont la bureautique, la comptabilité, les généralités informatiques et certains logiciels ne réclamant pas une trop grande professionnalisation.
    2. Le tout à distance tutoré.
    Cest une des tendances mise en uvre actuellement, le tutorat compensant les lacunes du tout à distance. Les modes de tutorat sont extrêmement variés et donnent lieu à des dispositifs techniques et pédagogiques de natures différentes. Le point commun de ces formations tient au fait quil ny a pas de présentiel mais que les stagiaires sont néanmoins suivis individuellement.
    Le tutorat seffectue de façon synchrone :

  • Session individuelle avec visioconférence ;

  • Classe virtuelle ;

  • Les chats animés.

  • Ou de façon asynchrone :
  • Par mail ;

  • Par forum animé ;

  • Par forum non animé ;

  • Par téléphone.

  • Il est évident que ces modalités peuvent se combiner entre elles. Elles présentent chacune une part dintérêt pédagogique quil faut savoir mixer pour en tirer un bénéfice de formation optimal.
    3. Le mixte « Distance / présentiel » avec autoformation à distance.
    Dans ce type de dispositif, on considère que le travail de formation se fait à distance. Les regroupements se font sur un rythme qui peut varier dun dispositif à lautre. On rencontre généralement ce schéma :

  • Le démarrage de la formation se fait de manière physique, ce qui permet de constituer le groupe, aux participants de se repérer lun lautre et ainsi commencer à créer des liens. Lintérêt est aussi de permettre la mise à niveau technologique des formés.

  • La suite de la formation se fait ensuite à distance. Chacun est suivi plus ou moins individuellement, on utilise tous les outils ( mail, forum, visio...) pour échanger et communiquer dans le sens formateur/stagiaire mais aussi stagiaire/stagiaire.

  • Des rencontres en présentiel peuvent ponctuer et clôturer cette formation, pour vérifier en direct que les apprentissages sont opératoires

  • 5. Quelle est la place du formateur dans ce dispositif ?
    1. Nouveau formateur ou nouveau métier ?
    Le rôle de lenseignant est non plus de transmettre des informations, ou de répéter sans cesse la même explication. Mais plutôt daider, de guider, de faciliter (doù le terme de facilitateur) et de permettre à lapprenant de se construire.
    Le terme même de formateur doit disparaître au profit de Tuteur donc, qui dit changement de dénomination dit changement de métier. Une des compétences à relever concerne lingénierie, construire de la formation en ligne est un nouveau métier à part entière. Des questions nouvelles vont apparaître :

  • Quel cours mettre à distance ?

  • Pourquoi ne pas le mettre ?

  • Comment le mettre ?

  • Sous quelle forme ?

  • Avec quel accompagnement ?

  • Quelle évaluation ?

  • Quel sont les moments judicieux aux regroupements ?

  • Une autre des compétences attendues est la parfaite maîtrise des outils dédiés à lédition sur Internet. Je citerais :
  • Les outils de création de pages HTML statiques ou dynamiques,

  • Les outils de mise en ligne ( Ftp ),

  • La lecture et lécriture de mail, qui entraîne laccoutumance à de nouvelles habitudes rédactionnelles ( phrase concise, abréviation, « désaccentuation », smiley....),

  • La navigation sur un fil de forum,

  • La création de vidéo pour complémenter un cours,

  • Lancer une visio conférence....

  • Les questions sont nombreuses et il faut être rigoureux pour ne pas avoir envie de les traiter en calquant simplement des anciens schémas pour les résoudre.Il faut donc créer une logique dapprentissage qui englobe toutes les avancées technologiques, et pédagogiques.
    Intégrer, penser « système », travailler à plusieurs, échanger des supports, la maîtrise des technologies Internet de base, la connaissance des outils graphiques et bureautiques, tout cela semble être un résumé des compétences spécifiques attendues dun concepteur de contenu en ligne ou dun Tuteur.
    Cela va sembler effrayant à un grand nombre de formateur, doù limpérieuse nécessité de travailler à plusieurs.
    Un formateur seul narrivera pas maîtriser cette chaîne de manière optimale. Sil ne peut plus travailler seul, dautres problèmes vont émerger. Le plus important est le risque possible de manque de coordination. Un des formateurs de léquipe devra endosser cette responsabilité. De formateur il deviendra coordinateur et glissera sur lingénierie de formation.
    Cette fonction de coordination recouvre plusieurs aspects :

  • Le souci de rendre plus efficace la formation proposée en la rendant plus homogène.

  • Laccroissement des compétences de léquipe pédagogique.

  • La nécessité de rendre lisible la formation en concevant un référentiel des formations clair.

  • Rendre lisible la formation est une des conditions de son acceptation. Cette lisibilité peut être assurée par plusieurs moyens : catalogue, journée dinformation, contrat pédagogique définissant les objectifs...Cest aussi au fil de la conduite des formations que sa lisibilité apparaîtra pour les apprenants :
    1. référence aux objectifs de la formation et perception des acquis obtenus,2. acquisition progressive de compétences dapprentissage nouvelles,3. Perception des temps et efforts réels engagés pour les apprentissages.
    4 La médiation et la résolution des conflits.5 La nécessité dassurer la continuité des interventions et de compléter ou ré-actualiser les travaux réalisés par chaque intervenant dans sa spécialité.
    2. Lévaluation à distance
    Lévaluation à distance est souvent négligée ou du moins traitée de façon légère car automatisée par des qcm. Ceuxci sont de plus en plus souvent générés automatiquement par les plates-formes qui en fonction des intitulés de chapitres et de sous-chapitres et de la structure des contenus « fabriquent » des questionnaires aux formes variées.
    En fait ces qcm permettent de vérifier que les contenus ont été vus et mémorisés. En revanche, on est loin de pouvoir valider le fait quil y ait eu compréhension. En dautres termes, si les contenus traités sont de lordre de la procédure, du savoir-faire applicatif, de lentraînement, les qcm peuvent paraître indiqués pour valider que lapprentissage a eu lieu. En revanches si le contenu vise à la compréhension dun mécanisme complexe, à lacquisition de capacités danalyses ou de conceptions, à lintégration de notions théoriques, alors là le qcm est insuffisant.
    Il faut garder à lesprit que lévaluation est une façon dapprendre, elle doit être formative et faire partie du processus dapprentissage. Cela doit permettre à lapprenant de tester ses propres capacités et démontrer son autonomie face aux problèmes à résoudre. Cest un moment de prise de confiance en soi et dautonomie face à lapprentissage. En ce sens, elle favorise lancrage et lappropriation de la formation. En effet, le fait de savoir que lon sait et de prendre conscience de lapprentissage qui sopère est déterminant pour permettre lappropriation. Cest la méta-cognition que lon peut associer à une sorte de « déclic » sur le fait quune action formative sest faite avant et après lapprentissage. Le système dévaluation devrait devenir le système de pilotage de lensemble de la formation dune personne.
    Rédigé par jlbaptiste le lundi 14 nov. 2005 à 05h25 dans
    Analyses et réflexions Lien permanent

    Commentaires